Bannière
Opinion libre
Cet espace est destiné à recueillir l'avis de nos lecteurs sur les grands sujets de société dans un esprit de respect et de convivialité
Presse
lejourguinee
RAPEC
NENEHAWA.com
ARPTGUINEE
federalitude.org
aujourdhui-en-guinee.com
Musicafricana
HOROYA ATHLETISME CLUB
NET'INFO.TV
Abidjan.net
Investguinee
MEDGUINEA
TELEDIASPORA
Factuguinee.com
Hotel-djamtum
Guinea-forum
Aminata
Apanews
Répertoire des acteurs de la vie economique et des entreprises guinéennes
 Précédent
Suivant 

Retrait de la RDC, une nouvelle menace africaine contre la CPI [2018/9/19]

En 2015 deux partis de la coalition au pouvoir en République du Congo ont demandé au gouvernement de se retirer de la Cour pénale internationale (CPI).

Les États africains se sont longtemps plaints du parti pris de la CPI contre les Africains.

L’Afrique du Sud et le Burundi sont devenus les premiers pays à notifier officiellement aux Nations Unies leur intention de se retirer du Statut de Rome, le traité de 1998 instituant la CPI.

La Gambie a également déclaré le mois dernier qu’elle se retirerait, accusant le tribunal d’ignorer les «crimes de guerre» des pays occidentaux et cherchant uniquement à poursuivre les Africains.

Les deux partis congolais, le Front patriotique et le mouvement d’éveil 2020, ont mené une marche de protestation d’environ 300 personnes dans la capitale Brazzaville où ils ont soutenu que l’adhésion à un tribunal était incompatible avec une disposition de la organisation ».

«Cette mesure dans notre constitution est en contradiction avec le mode de fonctionnement de la CPI, qui vise à demander aux pays signataires de remettre leurs citoyens pour quelque raison que ce soit», a déclaré à la presse Paolo Benaza, porte-parole du Front patriotique.

Les deux parties ont remis un mémorandum au ministre de la Justice, Pierre Mabiala, qui a déclaré qu’il étudierait la proposition avant de faire une recommandation au gouvernement.

La CPI a ouvert ses portes en juillet 2002 et compte 124 États membres. C’est le premier organe juridique doté d’une juridiction internationale permanente pour poursuivre les auteurs de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre.

La République Démocratique du Congo a son tour menacé ce samedi 15 septembre de quitter la Cour pénale internationale (CPI) estimant que certains juges sont sous pressions de gouvernements occidentaux.

Le gouvernement indique que certains gouvernements « exerceraient » des pressions sur les juges de la CPI, en rapport aux questions sous examen, en relation avec la situation en RDC, précise le média en ligne.

Cette mise au point du gouvernement congolais avec le probable retrait de la CPI, se justifie aussi par la propension à instrumentaliser cette juridiction internationale à des buts inavoués et qui risque de saper sa crédibilité, alors qu’elle est censée être garante de la lutte contre les crimes internationaux qui révoltent la conscience universelle.

African Daily Voice (ADV)

 
Videos
L'Afrique et le colonialisme
Télésud débat: DEVOIR DE MEMOIRE SUR SEKOU TOURE
Les 10 pays africains les plus riches
Photos
Partenaires
Contact  ::  Pays  ::  




Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients