Bannière
Opinion libre
Cet espace est destiné à recueillir l'avis de nos lecteurs sur les grands sujets de société dans un esprit de respect et de convivialité
Presse
lejourguinee
RAPEC
NENEHAWA.com
ARPTGUINEE
federalitude.org
aujourdhui-en-guinee.com
Musicafricana
HOROYA ATHLETISME CLUB
NET'INFO.TV
Abidjan.net
Investguinee
MEDGUINEA
TELEDIASPORA
Factuguinee.com
Hotel-djamtum
Guinea-forum
Aminata
Apanews
Répertoire des acteurs de la vie economique et des entreprises guinéennes
 Précédent
Suivant 




Sénégal: Présidentielle 2019, plus de 80 prétendants sur la ligne de départ [2018/8/28]

Au Sénégal, plus de 80 candidats ont manifesté leur intention de se présenter à l'élection présidentielle de février 2019. Ils l’ont fait lors d’une rencontre avec le ministre de l’intérieur, comme constaté sur place par KOACI.COM.

Cette réunion marque le début de la campagne de collecte de signatures pour le parrainage, devenu obligatoire pour être candidat.

Pour mémoire une loi votée en avril impose dorénavant à tous les candidats, et non plus uniquement à ceux de la société civile, de recueillir le parrainage de 0,8% à 1% du corps électoral, soit environ 52.000 signatures, réparties dans au moins sept des 14 régions du pays, à raison de 2.000 par région au minimum.

Ainsi, cette campagne doit durer "au moins quatre mois", jusqu'à la période prévue pour le dépôt des candidatures, "entre le 11 et le 26 décembre", a a expliqué Bernard Casimir Demba Ciss , responsable du ministère de l'Intérieur.

Lundi, les représentants de 85 "candidats à la candidature" se sont présentés pour récupérer les fiches de collecte des signatures au ministère, selon M. Ciss. Evoquant le nombre légèrement inférieur de "81 candidats", l'ancienne Première ministre, Aminata Touré, déléguée de la majorité, a estimé que c'était "beaucoup".

Aussi, les candidats à la présidentielle devront verser une caution de 30 millions de francs CFA (environ 45.000 euros). Bien que réduite de moitié par rapport aux 65 millions de francs CFA (99.000 euros) exigés pour la présidentielle de 2012, cela reste une somme importante au Sénégal.

L'opposition affirme que la nouvelle loi est destinée à éliminer des candidatures concurrentes à celle, pressentie, du président Macky Sall. Les candidatures doivent être validées par le Conseil constitutionnel du Sénégal, pays réputé pour sa tradition démocratique.

koaci

 
Videos
L'Afrique et le colonialisme
Télésud débat: DEVOIR DE MEMOIRE SUR SEKOU TOURE
Les 10 pays africains les plus riches
Photos
Partenaires
Contact  ::  Pays  ::  




Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients