Bannière
Opinion libre
Cet espace est destiné à recueillir l'avis de nos lecteurs sur les grands sujets de société dans un esprit de respect et de convivialité
Presse
lejourguinee
RAPEC
NENEHAWA.com
ARPTGUINEE
federalitude.org
aujourdhui-en-guinee.com
Musicafricana
HOROYA ATHLETISME CLUB
NET'INFO.TV
Abidjan.net
Investguinee
MEDGUINEA
TELEDIASPORA
Factuguinee.com
Hotel-djamtum
Guinea-forum
Aminata
Apanews
Répertoire des acteurs de la vie economique et des entreprises guinéennes
 Précédent
Suivant 

Guinée: le nouveau Code civil introduit un article sur la monogamie [2019/5/11]

En Guinée, l'Assemblée nationale a adopté ce jeudi 9 mai, un nouveau code civil avec une particularité, le texte introduit un article sur la monogamie. En décembre dernier, les députés avaient à la majorité adopté un texte contraire, qui introduisait la polygamie. C'est donc un changement, mais beaucoup reste encore à faire pour faire évoluer les pratiques.
Avec ce nouveau Code civil, la monogamie devient la règle. Ce statut a été obtenu après de long mois de discussions au sein d'une Assemblée assez réticente. Fatou Souaré, directrice de l'ONG Women in Africa, se félicite de ce premier pas.

« C’est la monogamie qui prime, c’est-à-dire que quand le couple ne se prononce pas, le mariage est monogame jusqu’au bout, c’est donc un moindre mal », explique-t-elle.

Ce texte est un moindre mal, car il est encore possible d'opter, au moment du mariage, pour la polygamie. Le conjoint doit alors préciser combien d'épouses il entend avoir, un nombre limité à quatre par la loi.

« Les femmes ont peur du "qu'en-dira-t-on" »

Pas évident d'impulser des changements de fonds, dans une société où le choix de la famille est déterminant pour sceller un mariage. « Ça sera difficile parce que les femmes aujourd’hui n’arrive pas à vivre réellement et concrètement en phase avec les textes de loi, détaille Moussa Yero Bah qui dirige l'ONG Femmes, Développement et Droits humains en Guinée. La réalité c’est que les acteurs socio-culturels prennent le dessus le plus souvent. Les femmes ont par exemple, plutôt peur de partir quand un mari prend une seconde femme. Elles préfèrent rester et subir parce qu’elles ont peur de ce que dirait la société, elles ont peur de divorcer, elles ont peur du "qu’en-dira-t-on"… »

Selon cette militante, il faudra encore du temps et énormément de pédagogie pour faire comprendre aux femmes, notamment en milieu rural, que leurs droits comptent.

 
Videos
Reportage: Le jour ou la Guinée dit non!
Débat Télésud:L'Afrique et le colonialisme
Télésud débat: DEVOIR DE MEMOIRE SUR SEKOU TOURE
Photos
Partenaires
Contact  ::  Pays  ::  




Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients