Bannière
Opinion libre
Cet espace est destiné à recueillir l'avis de nos lecteurs sur les grands sujets de société dans un esprit de respect et de convivialité
Presse
lejourguinee
RAPEC
NENEHAWA.com
ARPTGUINEE
federalitude.org
aujourdhui-en-guinee.com
Musicafricana
HOROYA ATHLETISME CLUB
NET'INFO.TV
Abidjan.net
Investguinee
MEDGUINEA
TELEDIASPORA
Factuguinee.com
Hotel-djamtum
Guinea-forum
Aminata
Apanews
Répertoire des acteurs de la vie economique et des entreprises guinéennes

  >   Guinée


La Guinée, ou la République de Guinée pour les usages officiels, est un pays d’Afrique de l'Ouest. La Guinée est parfois appelée Guinée Conakry, du nom de sa capitale Conakry, pour la différencier de la Guinée-Bissau et de la Guinée équatoriale. 

Toute l'actualité en Guinée: 

cliquez ici



Capitale: Conakry
Superficie: 245 857 km²
Population: 9 402 000 hab
Densité: 38,5 hab./km²
Monnaie: Franc guinéen (GNF)
Fuseau horaire: GMT


  >   Guinée : Célébration du 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme


A l’instar des autres pays du monde, la République de Guinée, à travers les Agences du Système des Nations Unies, a célébré ce lundi à Conakry le 70ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme. Cette fête a lieu le 10 décembre de chaque année, une occasion de mettre à profit une série d’activités afin d’interpeler des couches sociales au respect de la dignité et la valeur de la personne humaine.

La salle du 28 septembre du palais du peuple a abrité la présente cérémonie. Elle a été organisée par les Agences du Système des Nations Unies des Droits de l’Homme, sous le thème : « L’égalité, la justice et la liberté préviennent la violence, maintiennent la paix et périssent le développement ».

Dans son discours introductif, le Directeur National des Droits de l’Homme, Toupou Prospère, a défini le concept des droits de l’homme comme étant l’ensemble des droits fondamentaux qui doivent être garantis aux être humains pour vivre libres et dans la dignité, sans distinction de race, de sexe, de religion, d’origine nationale ou sociale, d’opinion politique, de naissance ou de toute autre situation.

Quant au Représentant Résident du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme, Patrice Vahard, qualifie cette célébration de ‘’document d’extraordinaire’’qui influe de nos jours tous les domaines du droit international. Pour ce faire, il annonce une série d’activités au cours desquelles des messages de sensibilisation et d’informations seront vulgarisés au niveau de toutes les couches sociales.

« Le gouvernement a bien voulu accepté de différer une série d’activités qui auraient coïncidé avec la journée d’aujourd’hui. Il s’agira entre autres : la journée porte ouverte de la justice ; Organisation des débats dans les universités pour parler du le rôle des femmes dans la promotion et la protection des droits de l’homme, leur contribution à la paix et à la stabilité », dit-il. Puis de rappeler en substance quelques résultats enregistrés pendant l’année qui s’écoule.

« En 2018, 16 missions de terrains dans les villes, les villages et les contrées de la Guinée que le SNU a organisées pour voir ce qui se passe sur les questions de droits de l’homme. 130 visites de prisons, 100 cas de protection y compris 55% d’hommes et 45% de femmes, 31% de mineurs. 12 sessions de formations organisées pour la société civile avec 500 bénéficières, 250 femmes et 250 hommes. 5 sessions de formation organisées pour la Gendarmerie avec 120 participants hommes et 20 femmes. Cinq sessions de formation ont été organisées pour 200 magistrats y compris 50 femmes. Trois journées internationales organisées notamment avec le ministère de l’action sociale, de la condition féminine et de l’enfance et le ministère de la justice. 100 défenseurs des droits de l’homme ont été organisés en réseau de partage de bonnes pratiques à travers la Guinée. Tout ceci a été réalisé grâce aux partenaires de la Guinée et les partenaires internationaux ».

Le président de l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains (INDH), Dr Alya Diaby, a indiqué qu’à l’époque l’organisation (ONU) comptait 51 membres en 1948. Mais aujourd’hui, ils sont 193 Etats membres. Ce qui signifie qu’il y a une avancée considérable en matière du progrès au niveau du respect des droits de l’Homme à travers le monde.

« A l’époque, l’Afrique noire n’était représentée que par le Liberia et l’Ethiopie. On pourrait dire que les valeurs communes de la déclaration universelle des droits de l’homme sont l’égalité, la justice et le respect de la dignité humaine n’ont pas variée. Ces valeurs préviennent la violence et maintiennent la paix dans le monde. Depuis cette date (1948), ces valeurs communes de l’humanité ont été prises dans les pactes internationaux de 1966. Il s’agit du pacte international sur le droit civil et politique, économique et socioculturel. Elles sont été traduites au niveau régional à partir de 1950, notamment dans la convention européenne des droits de l’homme, la convention interaméricaine de droit de l’Homme, la charte africaine des droits de l’Homme et du peuple, élargir à des catégories spécifiques, enfants, migrants, femmes handicapées dans les domaines tels que l’interdiction de la torture, et de toute forme de discrimination raciale », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le Ministre d’Etat, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Me Cheick Sako souligne que la Guinée a repris de nombreuses reformes visant à promouvoir et à protéger les droits de l’homme, mais sauf que cette déclaration des droits est pleine d’embuche.

« La Guinée a repris de nombreuses reformes visant à promouvoir et à protéger les droit de l’homme de toutes et de tous les guinéens qui font partie de la quasi-totalité des instruments internationaux et africains des droits de l’Homme et coopérant étroitement avec les organes chargés de leur mise en ½uvre. Mais nous sommes aussi conscients de ce que la marche de réalisation des idéaux, la déclaration universelle des droits de l’Homme est pleine d’embuche », a-t-il déclaré.

Puis d’ajouter : « Le gouvernement guinéen reste résolu à fournir d’efforts dans ce sens. D’une manière générale, nous sommes engagés avec l’appui du système des Nations Unies en particulier le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme qui fait un travail formidable dans notre pays. D’autres partenaires sont là qui nous ont aidés à la mise en ½uvre d’autres instruments. Il faut que nous guinéens, nous nous attachions aux idéaux de cette déclaration », interpelle enfin le Ministre Cheick Sako, avant de déclarer ouvertes les activités de célébrations de l’an 70 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme au compte de l’année 2018.

Par Younoussa Naby Sylla, pour Africanewsmag.com

Tél : 657513361






Videos
Reportage: Le jour ou la Guinée dit non!
Débat Télésud:L'Afrique et le colonialisme
Télésud débat: DEVOIR DE MEMOIRE SUR SEKOU TOURE
Photos
Partenaires
Contact  ::  Pays  ::  




Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients